Une belle promenade

(actualisé le ) par Anne Grolier

En lien avec le thème de "Traverses 92" de cette année, les élèves de cinquième ont abordé la description par le biais des "figures du temps". Ils ont appris le poème "Automne malade" d’Apollinaire, ont réalisé un travail d’écriture poétique à partir d’une carte postale représentant un paysage saisonnier puis ont finalement écrit une rédaction qui demandait le récit d’une belle promenade, champêtre ou citadine, située dans une saison précise.

Un jour d’hiver

Un jour, je passais le samedi seul dans ma chambre. J’eus une idée pour ne plus m’ennuyer ; je décidai de me promener en ville.
La neige cristallisée tombait doucement. Les bars étaient remplis d’ivrognes comme d’habitude. Les maisons étaient enfouies sous la neige, les voitures avaient leur pare-brise enneigé, mais l’atmosphère était plutôt agréable et assez douce. Je voyais les enfants faire des bonshommes de neige et jouer à cache-cache.
Bientôt les vacances allaient prendre fin et la rentrée commencer. Je finis ma promenade dans le parc construit il y a quatre-vingts ans. Juste à côté de ma maison. Les guirlandes clignotaient et la cheminée fumait, mes parents étaient revenus. Je courus les voir.
Hector

Une nuit d’hiver

Je me promenais, la nuit, dans une forêt enneigée. Je me croyais seule au monde à cause du silence. Je sentais l’odeur du sapin, ça me rappelait l’approche de noël, ma fête préférée. Je tendis l’oreille : j’entendis le chant d’un oiseau, le hurlement d’un loup au loin et le bruit du vent dans les arbres. Au sol, je voyais des traces de chevreuils, de loups et de beaucoup d’autres animaux dont je n’identifiais pas le nom. Cependant, la présence de loups ne m’effrayait pas. De petits flocons de neige tombaient du ciel et se déposaient légèrement. Je trouvais dommage que les lumières de la ville cachent les étoiles. J’entendais le bruit de mes pas dans la neige.
Malheureusement, je commençai à apercevoir les voitures et les maisons. Ma promenade prit fin.
Emma

Un après-midi d’hiver

Je me souviens d’un après-midi d’hiver où je me promenais tranquillement sous la neige. Je me trouvais en-dessous de l’Arc de Triomphe et je m’apprêtais à descendre les Champs-Elysées.
Je commençai ma promenade, je levai la tête et tirai la langue en sentant tous ces petits flocons se poser légèrement sur mon visage tout glacé. J’étais intriguée par tous ces enfants qui se lançaient des boules de neige dans la joie et la bonne humeur.
Je descendis un peu plus loin et je vis tous ces touristes prendre des photos d’un air émerveillé. Tous les arbres étaient enneigés et décorés de guirlandes. Les voitures klaxonnaient de temps à autre, mais une bonne humeur régnait à cet endroit-là. L’atmosphère n’était pas pesante, au contraire : elle était féerique et magique.
Quand je regardais devant moi, toute l’avenue était blanche. Je sentais la bonne odeur des sapins que les commerçants vendaient comme des petits pains.
Ce fut bientôt la fin de cette promenade et je repartis toute heureuse de ce merveilleux après-midi.
Adeline