Visite de l’expo Dali au centre Pompidou à Beaubourg : paroles d’élèves

(actualisé le )

Le 25 janvier dernier, la classe de 303 est allée voir l’exposition Salvador Dali au centre Pompidou.

Quelques commentaires ……par Anne, Maël, Steven, Marine, Chloé, N’Dodie et les autres…

« J’ai bien aimé le téléphone aphrodisiaque, plus communément appelé « le téléphone homard » Dès sa naissance , Dali était quelqu’un à part, en héritant de la personnalité du frère défunt, en perdant sa mère à 15 ans, en souffrant de l’éducation donnée par son père et par la religion. Il a cherché un style propre et s’est affirmé dans un premier temps dans le mouvement surréaliste. »

« Nos recherches faites en classe ont permis de mieux comprendre ce que la conférencière nous disait. Que Dali était dans un univers qui lui était propre, comme dans un œuf, qu’il avait une peur bleue des femmes jusqu’à rencontrer Gala , la femme de sa vie. J’ai remarqué qu’il représentait toutes ses phobies dans ses toiles qui grouillent d’insectes comme les fourmis, et qu’il aimait provoquer les gens par son attitude et ses déclarations. »

« Il dessine super bien et j’ai bien aimé les tableaux où les formes sont doubles et évoquent des choses que l’œil ne perçoit pas tout de suite, comme dans « l’énigme sans fin. »

« En fin de visite, on a vu une magnifique composition surréaliste « Mae West » qui représente à la fois un salon et une tête de femme, où il y a un fauteuil en forme de bouche, une cheminée en forme de nez et deux écrans télé avec un œil dedans. »

« J’ai moyen aimé cette exposition, j’ai préféré ce qu’on a étudié en classe. »

Dali disait de lui : « La différence entre un fou et moi, c’est que je ne suis pas fou. »