A la manière de Georges Pérec "Je me souviens"

par Anne Grolier

Souvenirs personnels, dans lesquels chacun d’entre nous se retrouve, là est le charme du texte de Pérec, que les élèves ont imité.

Je me souviens des balades sur la plage avec ma glace au chocolat.
Je me souviens du voyage en Croatie où la chaleur était éprouvante.
Je me souviens de la fois où j’ai reçu mon premier vélo.
Je me souviens des nuits blanches pendant les vacances, passées avec mes cousines.
Je me souviens de mes premiers pas.
Je me souviens de cette année de cinquième !
Je me souviens de ma maîtresse de maternelle, Mme B., si gentille.
Je me souviens de mon grand-père qui tous les soirs me racontait une histoire, pour ne pas faire de cauchemars.
je me souviens de ma première année à l’école.
Je me souviens de ces grands dîners de fête organisés pour Noël, et de ces grands jeux organisés par toute la famille.
Je me souviens de ces jours de froid du mois de décembre.
Je me souviens de l’odeur des chocolats fondant dans ma bouche.
Je me souviens des batailles de boules de neige.
Louise C.

Je me souviens de ma chute en vélo quand j’avais sept ans, qui m’avait tant fait saigner.
Je me souviens des glissades sur le verglas, chaque hiver.
Je me souviens de la canicule de 2006.
Je me souviens de la chaleur de l’eau, dans les criques de Grèce.
Je me souviens des courses avec mes amis de grande section.
je me souviens des sessions de skate en cinquième.
Je me souviens de la Coupe du Monde 2010 qui m’a tant fait rêver.
Je me souviens des longues punitions en CM2.
Je me souviens de ces parties de foot endiablées, qui m’ont rendu si heureux.
Je me souviens de mes chutes dans le snow park de la station de Guzet.
Je me souviens des soirées en famille, cloîtrés à la maison devant la télé.
Je me souviens des parties d’échec acharnées à la campagne.
Je me souviens des journées passées à la médiathèque quand il ne faisait pas beau temps.
Je me souviens des batailles de polochons en colonie, en cachette des animateurs.
Je me souviens de la grande chasse aux méduses, l’été 2010.
Je me souviens de tous les livres que j’ai lus quand je n’avais rien à faire.
Je me souviens des kermesses de fin d’année dans l’école primaire de Jules Ferry, qui étaient si joyeuses.
Je me souviens des longues descentes en trottinettes à une vitesse folle, qui décoiffaient.
Je me souviens des longs voyages en voiture pour aller jusqu’à la maison des Pyrénées.
Je me souviens du but marqué en lob, en plein dans la lucarne, d’une vingtaine de mètres, pendant le cours de foot.
je me souviens de cette pastèque de dix kilos mangée en Grèce.
Benjamin O.H.